Le métier de mécanicien engins

Le métier de mécanicien engins

13 novembre 2019 1 Par Morgane GAMAIN

Quel est leur rôle ?

Nos sites industriels comptent de nombreux véhicules utiles à la production (manutention, transport de produits,…) qui sont appelés « engins ». Nos mécaniciens engins travaillent dans un garage au sein de nos sociétés et oeuvrent chaque jour pour le bon fonctionnement de ces machines hors normes.

L’entretien avec nos équipes :

 Q : En quoi consiste votre métier?

R : Nous nous occupons de la maintenance préventive et curative des engins sur site. Nous devons assurer à nos collaborateurs utilisateurs que les engins sont en état de marche et leur assurer un fonctionnement en toute sécurité. Nous avons un parc engins assez diversifié, de la balayeuse au bull à chenilles en passant par les chariots élévateurs, les locomotives…

Q : Quels sont les aspects les plus difficiles de votre métier ?

R : Nos engins sont soumis à des contraintes particulières qui les endommagent plus que d’ordinaire. Un engin à l’arrêt à un fort impact sur la production. Nous devons donc être réactifs et suivre scrupuleusement une maintenance de second niveau (la première étant assurée par les utilisateurs). De par le nombre d’engins et la rotation ordinaire ainsi que les interventions d’urgence, nous n’avons pas toujours le temps de réaliser de la maintenance préventive optimale.

Q : Quelles sont les valeurs essentielles pour votre métier?

R : L’essentiel est d’être un bon technicien, volontaire et qui ne craint pas de se salir les mains (et le reste du corps quand nous devons agir sous une machine). Il est impératif d’être persévérant, patient et minutieux. Nous devons trouver les réelles causes de pannes lorsqu’il y en a une, pour éviter que celle-ci ne se reproduise.

Q : Qu’aimez vous dans votre métier ?

R : Pour être mécanicien, il faut déjà avoir un attrait pour la mécanique. Cela paraît logique mais dans notre domaine d’activité, il ne s’agit pas de réparer des machines ordinaires, comme les voitures par exemple. Nous avons de très gros véhicules qui nécessitent des manutentions particulières de pièces parfois aussi hautes qu’un homme. Ce qui est plaisant dans notre métier est de réparer des véhicules hors normes et de trouver les causes d’une panne pour ensuite assurer le meilleur entretien possible. Un peu comme quand un médecin pose un diagnostic et emmène le patient sur une table d’opération. Nous faisons la même chose d’un point de vue mécanique. Nous devons connaître les engins jusqu’au fond de leurs entrailles.

« Nous avons de très gros véhicules qui nécessitent des manutentions particulières de pièces parfois aussi hautes qu’un homme »

Q : Pourquoi avoir choisi ce métier ?

R : On choisit de devenir mécanicien puis de se spécialiser dans un domaine. Cette spécialisation passe par une vocation ou par une opportunité. Au sein de nos sociétés nous avons la chance de pouvoir être formés en interne et de profiter du savoir faire de nos collaborateurs experts. La mécanique est une passion pour la plupart d’entre nous, un attrait qui vient souvent de hobbies personnels (Réparation de voitures, moto, sports mécaniques en tous genres…) Mais c’est un métier qui demande à la fois de se servir de ses mains mais aussi de sa tête pour trouver les origines des pannes et les solutions à apporter.

Q : Pourquoi avoir choisi le site pour lequel vous travaillez ?

R : Comme expliqué avant, nos sociétés nous permettent de nous former en interne et de bénéficier de savoir-faire sur site. Il est peu commun de réparer des engins d’une telle dimension. On se dit que si on arrive à réparer ce type de machine, nous sommes capables de faire toute sorte de mécanique à condition d’en comprendre le fonctionnement. C’est impressionnant de travailler avec ces engins dans l’environnement sidérurgique. Nous formons de bonnes équipes et nous relevons des challenges chaque jour. C’est aussi ça qui est important.

Q : Que pourriez vous dire à un jeune sorti d’école ?

R : Les industries regorgent de postes à pourvoir dans ces domaines et pour réussir il faut travailler dur et attiser sa curiosité. Nos métiers sont aussi importants que d’autres. Nous avons besoin les uns des autres. Alors si la mécanique vous plaît, sachez que nous aurons toujours besoin de vous et que des formations en internes peuvent vous permettre d’évoluer au fil des années et d’être encore plus doués de vos mains que lorsque que vous commencez. 

 « Pour réussir il faut travailler dur et attiser sa curiosité»

Nos équipes de mécaniciens engins comptent aujourd’hui 21 personnes soit environ 1.5 % de notre effectif total. Chaque jour de nouvelles idées d’évolution, d’amélioration naissent au sein de nos équipes et nous encourageons chacun à les remonter car nous savons que c’est ensemble que nous serons performants sur le long terme. Depuis plusieurs années, les idées de nos équipes de terrain ont permis de nombreuses améliorations, tant dans le quotidien de travail que dans la performance du processus.

Nous remercions tous nos collaborateurs qui ont témoigné pour la rédaction de ce numéro de « La voix des métiers » et qui ont partagé avec nous leur savoir-faire et leur expérience. Sans vous cela ne serait pas possible !